La route des épices

Je sais, je sais…mais moi j’avais pas encore eu la chance d’expérimenter leurs mélanges. C’est une parution qui date un peu mais je viens tout juste de faire une connection avec leur créativité.  

Les chasseurs d’épices Ethné et Philippe de Vienne. Ces fougueux amoureux parcourent le monde à la recherche des plus grandes saveurs pour ensuite nous les partager à travers leurs boutiques du marché Jean Talon. Si vous avez le goût d’être transporté vers d’autres continents, ouvrez leur coffret...humez les arômes des épices et cuisinez-les !

 

Vraiment génial comme concept ! En plus de nous rapporter des épices de très grandes qualités, les chasseurs nous préparent des mélanges qu’ils ont regroupés en 6 grands thèmes : épices à saté, route de la soie, panch phoran, épices à kofte, herbes de mediterranée, épices créoles. En plus de ces beaux mélanges, les épices sont accompagnés d’un carnet contenant une vingtaine de recettes issues de la Chine, de Inde, de l’Indonésie, de la Turquie, de la Méditerranée et des Antilles...... dépayisement garanti !

 

Sous la rubrique de l’Inde, le mélange d’épices s’appelle le panch phoran. Il est composé de cumin, de graines de moutarde, de fenouil indien, de funugrec et de graines de nigelle. La première recette originale que l’on retrouve pour l’Inde est le Maacher jhol. C’est une recette à base de poisson, mais comme le livret nous explique que ce mélange d’épices convient aussi bien au poisson qu’a la volaille et qu’en plus je n’avais pas de poisson sous la main, j’ai décidé de modifier la recette et travailler ce mélange avec des hauts de cuisse de poulet.

 

Après avoir assaisonné le poulet de sel et de curcuma, je l’ai fait revenir dans un peu d’huile et je l’ai mis de côté. J’ai ensuite fais roussir le mélange d’épices de nos chasseurs pour ensuite ajouter l’ail et l’oignon, le gingembre, le piment fort. J’ai ensuite incorporé les tomates aux épices et ajouté le poulet avec un peu d’eau. J’ai laissé cuire le tout environ une vintaine de minutes pour ensuite garnir de coriandre fraîche.J’ai servi le poulet avec du riz basmati et du pain naan....

 

Aie-je besoin de vous décrire l’ampleur du réconfort que mon corps à ressentir pendant la dégustation de ce plat rempli de chaleur ... et dire qu’a l’extérieur de ma demeure, il y  avait ce grand vent froid hivernal qui sifflait à des milliers de kilomètres / heure....

Merci les chasseurs de partager avec nous ce que vous avez découvert lors de vos voyages !